Vous êtes sur la page émotionnelle

   

Accueil

Biographie

Photos évènements

Trombinoscope

Ouvrages édités

Ouvrages érotiques

Collaborations
à des revues

Collaborations
avec des artistes

Manuscrits terminés

Manuscrits
en préparation

Echanges entre Jacques Izoard
et Patrick Fraselle

Revue La Bafouille Incontinente dirigée par Marcelle Imhauser

Articles journalistiques et pamphlets

Patrick Fraselle pianiste

Encouragements
Eloges ou refus d'éditeurs

Le trésor des mots

Emotions partagées

Mes liens préférés

Contact




   

 

Sur cette page, vous trouverez des articles,
des artistes ou des événements que j'aime.
Des articles, des artistes ou des événements
que j'estime pertinents
en tant que critique de notre société ou
en tant qu'expression artistique de haute qualité.

Pertinence, émotions et sensibilité.

Vous pourrez réagir à une insertion en me postant un courriel.
Vous pouvez aussi me proposer une idée en tant que partage.
Je vérifierai le contenu de votre envoi avant de le placer en ligne.

Je n'inclurai jamais des articles racistes, diffamants,
irrespectueux envers l'être humain, irrespectueux envers les animaux.
Cette page est une communion, une communication artistique.
Un gueuloir certes mais non un dégueuloir...

Courriel : mulittpsy@hotmail.com

Collage

de Robert Varlez


Belle nique à l'hypocrisie papale ainsi
qu'au judéo-cristianisme éculé
et castrateur.

Livre
Chroniques de la haine ordinaire par Pierre Desproges
un régal de lucidité
extrait :
A mort le foot

"(...) Le football. Quel sport est plus laid, plus balourd et moins gracieux que le football ? Quelle harmonie, quelle élégance l'esthète de base pourrait-il bien découvrir dans les trottinements patauds de vingt-deux handicapés velus qui poussent des balles comme on pousse un étron, en hahanant des râles vulgaires de boeufs éteints. (...)
Quelle brute glacée, quel monstre décérébré de quel ordre noir oserait rire sur des cadavres comme nous le vîmes en vérité, certain soir du Heysel où vos idoles, calamiteux goalistes extatiques, ont exulté de joie folle au milieu de quarante morts piétinés, tout ça parce que la baballe était dans les bois ? Je vous hais, footballeurs. Vous ne m'avez fait vibrer qu'une fois : le jour où j'ai appris que vous aviez attrapé la chiasse en suçant des frites aztèques."




Elisabeth Badinter, philosophe, femme de lettres, psychanalyste.
Très beau coup de gueule dans le cadre d'un magnifique discours superbement construit, d'une intelligence remarquable ainsi que d'une grande finesse.
L'art de "mettre en boîte" l'interlocuteur. Ainsi, la burque est bouclée..
.







Collage

de Robert Varlez


"Le doigt T"

Vous pouvez acquérir les collages
originaux de Robert Varlez, visitez
son interface FaceBook ou je peux
lui relayer vos coordonnées.


Tableau

de Jo Hubert


"cliffhanger"



Romain Gary




     

 

Videos/Textes de chansons/Ecrivains/Poètes
Plasticiens/Peintres/Sculpteurs/Livres

 

 

VIDEO : Sketch de Laurent Gerra,
chez Michel Drucker

critique acerbe des médiocres chansons à texte, un régal !


VIDEO : Le petit bal perdu,
par Bourvil

Philippe Decouflé propose un moment de belle émotion

VIDEO : Sketch de Laurent Gerra
critique acerbe du médiocre Bruel opportuniste utilisant les
chansons à texte de l'histoire, et pan dans le mile...
Bravo Laurent !

VIDEO: Sketch de Speed-TV
une tranche de rire à propos de la psychanalyse
simplement génial de vérité à propos du transfert !


CHANSON : Calogero, Homme qui es-tu ?
un grand moment d'émotion par Calogero
qui dénonce l'Homme infect et putride !




Dans un café que je fréquentais souvent un "admirateur"
est venu m'offrir un carton de bière en définissant la façon dont
il me percevait. Et bien, c'est bien vu, non ?



 

 

Texte de chanson

Claude Nougaro LOCOMOTIVE D'OR

(superbe de beauté, j'aurais aimé avoir écrit ce texte)

motive d'or, Claud


Locomotive d'or,
Aussi riche en pistons,
Aussi chargée d'essieux
Que de siècles un sépulcre
re,
Locomotive d'or,

Plus fruité, plus juteux
Que l'est la canne à sucre,
Locomotive d'or,
Tchi ki kou tchi ki kou
Sans un soupçon de suie,
Sans une ombre de lucre,
Tu me fis visiter
Tes Congo, tes Gabon
Tes Oubangui-Chari,
Et tes Côte-d'Ivoire,
Où de blancs éléphants
M'aspergeaient de mémoire,
Locomotive d'or
Tchi ki kou tchi ki kou
Locomotive d'or,
Ka kan ka kan ka kan

Je reluquais le rail,
Assis sur ma valoche
Et l'horloge vaquait
Dans l'espace vaquant
Le silence avouait
Quelque chose qui cloche
Quand soudain retentit
La clameur de Tarzan
Quand soudain j'entendis
Un autre son de cloche,
Tu arrivais enfin
Du fond du coeur du temps,
Tes plumes de vapeur
Sur ta face de tigre,
Tes faisceaux de sagaies,
Tes boucliers de cuivre
Locomotive d'or
Ka kan ka kan ka kan

Locomotive d'or,
De bondir à ton bord
Me donna même joie
Qu'au sexe de la femme
Mon corps ne m'aidait plus
Qu'à survoler mon corps,
Ma chair devint esprit
Et mon âme tam-tam
Oui, oui, tam-tam d'âme,
Partout dedans! Dehors!
Et de toutes ses dents,
Succulente banane,
Kenny Clarke riait
Comme un enfant s'endort
Comme un enfant s'endort
Ayant vu un miracle,
Comme un enfant s'endort
Dans l'oeuf ailé de Pâques
Dans l'amour tournoyant,
Locomotive d'or...

Tout le monde va descendre
Dans la gare divine,
Dans la gare divine
Le chef de gare est aimé,
Dans la gare divine
La locomotive d'or
Va souffler
Comme un enfant s'endort
La locomotive d'or
Comme un enfant s'endort
La locomotive d'or...

 

Tableau

de Jo(siane) Hubert


"Naufragée"



REPONDEUR

Le téléphone a sonné
et le suspense a commencé.
Décrocherai-je sans anicroches
ou recevrai-je le coup de fil sur la pioche ?
Coup de patte, coup de fil
Et fil à la patte indocile.
Téléfil autour du cadran
embrouillamini des amants.
Le cerveau de la filature :
« Oh qu'elle est Bell, oh qu'il est beau ! » :
c'est le phonofil des studios.
Si on me dit d'y aller,
j'y vais et je dialle,
et c'est ta voix qui tout à coup me surprend
à travers l'insolent répondeur qui prétend
que tu n'es jamais là, alors que je t'attends.
Tu es un drôle de numéro,
avoue ! On repart à zéro :
à peine attribué, voilà que tu lèves le pied !
Non non, Madame, pas besoin d'insister :
le numéro que vous avez composé…
s'est envolé !

26.06.1990.

Josiane Hubert

 

Collage

de Robert Varlez


Gargantua regardant une fleur